J’ai passé mon permis en Arizona

J’ai passé mon permis moto en Arizona

Aux USA, le permis de conduire est très utile, c’est la pièce d’identité la plus couramment utiliséé au dela meme de sa fonction premiere qui donne acces a la conduite de motos de toutes cylindrees. Français vivant en Arizona, bien que titulaire du titre français, j’ai repassé le permis local avant la date oblifgatoire. Pourquoi attendre ! Voici les differences les plus notables

Tout d’abord, si vous voyagez aux USA en touriste ou pour le travail pour moins d’un an, et que vous êtes titulaire du permis de conduire français, vous n’avez pas besoin de passer le permis américain. 

Pendant trois mois, votre permis français suffit, et jusqu’à un an vous avez juste à ajouter le permis international très facile à obtenir avant votre départ. Depuis le 30 mai 2018, vous devez effectuer une pré-demande en ligne du PCI via un téléservice disponible sur le site de l’ Agence nationale des titres sécurisés (ANTS). C’est GRATUIT ! Mais le délai de délivrance est variable selon les périodes. Il est actuellement d’environ  14 semaines. Seules les urgences pour motif professionnel sont prises en compte : vous devez joindre une attestation de votre employeur et préciser la date de départ.

Le téléservice est accessible avec FranceConnect ou avec vos identifiants ANTS (si vous n’en avez pas, il vous est proposé de créer un compte pour avoir un espace personnel sur le site de l’ANTS).

Vous avez besoin des documents suivants (photographiés ou numérisés) :

Dans mon cas, ayant décidé de m’installer aux USA, je n’ai pas attendu la fin de la première année pour aller me renseigner sur les démarches à faire pour obtenir le précieux document et rouler sur mon roadking en toute quiétude.

J’ai découvert que chaque État américain délivre son propre permis de conduire, valable dans les autres États bien sûr. Mais pour passer le permis, les connaissances requises sont partout les mêmes. The Motorcycle Safety Foundation ( MSF https://www.msf-usa.org) édite un petit livre qui regroupe tout ce doivent savoir les futur.e.s motard.e.s. C’est gratuit et c’est pratique. Je suis donc allé à l’Arizona Department of Transportation (ADOT) pour m’informer, et là, au bout de dix minutes, une photo d’identité prise, on m’a proposé de passer directement le code. Et oui, il n’est pas obligatoire de passer par une école de conduite pour tenter sa chance. Me voilà installé devant un écran d’ordinateur, un casque sur les oreilles, un engagement signé de ne pas utiliser mon smartphone pour trouver les réponse, et c’est parti pour une série de questions, disponibles en français. Quarante situations, liées à la circulation routière, aux règles de conduite, à la santé, etc proposent entre 3 et 4 réponses possibles. Après quatre fautes l’exament s’arrête. Et on peut revenir le endemain pour une autre tentative. Ainsi de suite jusqu’à ce qu’on réussisse. Le coût du code est d’une quinzaine d’euros.

Ce tronc  commun obtenu permet de passer à l’épreuve de conduite pour les voitures légères. 

Pour le permis moto, il faut répondre à une série supplémentaires de 25 questions plus spécifiques, et surtout très liées aux règles décrites dans le livret de la MSF). Ce jour-là, pris au dépourvu, j’ai réussi les questions générales mais pas le test moto !!  C’est vraiment la grosse différence avec le système français. On peut venir présenter l’examen en candidat libre sans aucune préparation.

J’ai alors demandé s’il y avait des écoles de conduite pour préparer l’examen. Même si je pouvais apprendre seul avec le petit livret fourni, j’ai pensé qu’il serait toujours utile d’obtenir des conseils en direct de motards habitués aux règles de circulation des USA. Il est permis par exemple ici, sauf indication contraire, de passer au feu rouge lorsque la voie est libre et qu’on tourne à droite.

En Arizona il existe des centres de formation privés qui préparent en deux jours au test écrit et à l’épreuve de conduite, lors de stage appelés Basic Rider Course. Team Arizona (https://motorcycletraining.com) est le plus réputé d’entre eux, et existe depuis 30 ans. Pour 260€ environ, les moniteurs emmènent les candidats au permis au succès presque à 100%, et donnent en plus droit à des réductions dans certaines compagnies d’assurance (Celle de HarleyDavidson par exemple pour ne citer que la mienne). Du coup, le stage est remboursé dès la première année par la ristourne obtenue. 

Me voilà donc inscrit à un stage de deux jours, hébergé par le concessionnaire Harley proche de chez moi, pour préparer et passer le test écrit et l’épreuve de conduite. Les moniteurs en fin de stage changent de casquette et deviennent examinateurs assermentés par l’État d’Arizona autorisés à faire passer les tests et délivrer les permis. Nous sommes 10 candidats. Comme pour confirmer les chiffres fournis par l’industrie moto américaine souffre, les millenials (18-34 ans) forment le gros du bataillon (54%) et les femmes de plus en plus nombreuses (24%). 

Les stages n’étant pas obligatoire, certain.e.s sont là déjà titulaires du permis et viennent pour une remise à niveau après un long temps d’arrêt par exemple.

Le déroulé est simple. Lecture collective du livret de la MSF, un groupe fait un résumé pour les autres, le moniteur complète et indique les points importants à retenir.

La seconde partie de la journée est dédiée à la pratique de la conduite.

Là encore grosse surprise. Tout se fait sur un parking aménagé à cet effet. Il n’y aura pas d’apprentissage pratique de la circulation, juste théorique. C’est une question d’assurance, m’explique le directeur du centre de formation, Ron Arieli. « Ici, rien n’est prédictible, c’est impossible pour les compagnies d’assurance d’évaluer le risque ». Il est vrai qu’aux USA on peut doubler à gauche, à droite, passer au feu rouge et que la ligne centrale sert pour tourner aux véhicules des deux sens.

Tout se passe donc sur le paking, dont le tracé des exercices est modelés par des plots mobiles. Les candidats suivent les instructions données de manière très cordiale mais martiale, et répètent jusqu’à l’examen les freinages, passages en courbe, demi-tours, évitements… L’examen se compose de 5 épreuves notées. Chaque faute donne un point. Il faut moins de 11 points pour avoir les 4 premiers exercices et moins de 16 après le cinquième. Les motos sont presque toutes différentes et attribuées par les moniteurs en fonction du genre qu’on aime bien : custom, sportive, off road. Pour ma part, j’ai obtenu le permis en Arizona en roulant sur un Honda rebel 250 cc. Ça change de mon Roadking classique ! Le document fourni alors est provisoire et on reçoit son permis format carte de crédit au bout de deux semaines environ.

Quelle moto est permise une fois le forfait accompli ? Il n’y a pas de limite de puissance ni de cylindrée. En sortant du stage, ici en plus directement dans la concession Harley, on peut enfourcher un V-Twin de 1800cc et repartir avec. Et passer au feu rouge si on tourne à droite.  L’Amérique ! 

article publié dans le Hors-Série 122 de Freeway Magazine à l’automne 2019

Share

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

You may also enjoy

MMIW meets Ladies in Leather Rally 2020

MMIW meets Ladies in Leather Rally 2020

In Texarkana, TX, September 11th, the Medicine Wheel Ride NGO‘s activists made the show at the 2020 Ladies In Leather…
Maltese Tiger meets Phoenix

Maltese Tiger meets Phoenix

Last week I had the chance to cross paths with Liam Kennedy aka @Chopperchug on Instagram.The 27-year-old Biker Photographer had…
2019 MMIW Medicine Wheel Ride story in Italy

2019 MMIW Medicine Wheel Ride story in Italy

Glad to see the Italian magazine RoadBook publishing the 2019 MMIW Medicine Wheel Ride story. 🙂 #MMIW #NOMORESTOLENSISTERS #AWARENESS